Catégorie Voile-aviron

Cette catégorie regroupe les bateaux qui utilisent à la fois la voile et l’aviron (à la rame ou à la godille) comme mode de propulsion. C’est un mode de navigation qui correspond à un état d’esprit, soucieux de naviguer en préservant l’environnement des espaces maritimes et fluviaux, dans une approche de loisirs plutôt que de compétition, possédant comme moyens de propulsion le vent et l’huile de coude.

Le maître mot est de « naviguer autrement », ce que les voiliers, aujourd’hui motorisés, ne permettent plus. L’aviron apparait alors comme un vrai mode de propulsion alternatif à la voile, qui permet d’éviter la motorisation. Ils sont souvent choisis par des établissements scolaires ou des associations dans un but pédagogique.

Il existe de nombreux types de voile-avirons selon les particularités géographiques, l’histoire locale ou encore l’orientation majoritairement voile ou plutôt aviron. On dénombre environ 600 modèles différents, dont une trentaine de types de bateaux se rendent sur les Rendez-vous de l’Erdre. Cette catégorie constitue dans les grands rassemblements nautiques, comme aux Rendez-vous de l’Erdre, la flottille la plus importante.

Vous pourrez croiser sur l’eau :
Ilur, Seil, Yole, Minahouet, Pirmil, Plan Montaubin… arborant un pavillon de couleur jaune.

 

Ilur

L’Ilur a été conçu pour faire suite aux premiers voile-avirons (Aven, Aber) dessinés par l’architecte François Vivier, avec l’idée de proposer un bateau plus marin, plus familial. Il s’inspire des formes anciennes de canots traditionnels. L’Ilur reste très proche en aspect d’une construction purement classique. Il s’en dégage une véritable authenticité grâce à certaines parties du bateau en bois massif. A l’intérieur, il comporte des membrures, des bancs et une dérive pivotante. L’Ilur est un bateau accueillant proposé en trois versions de gréement et sur lequel on peut embarquer à 4 ou 5.

Longueur : 3,70 m.
Largeur : 1,40 m.
Tirant d’eau dérive haute : 0,17 m. / dérive basse 0.75 m.
Voilure : 6,1 m2
Poids : 75 kg.

Seil

Le Seil, dont le nom vient d’un ancien bras de la Loire à Nantes aujourd’hui comblé, est un bateau de type voile-aviron inspiré par la forme d’une prame norvégienne. Il est né à Rezé en 1989 à l’occasion du renouveau des Régates de Trentemoult. Trois bateaux voient le jour dans ce cadre, puis la flottille se développe pour atteindre aujourd’hui 120 unités.
Tous les ans, les Rendez-vous de l’Erdre accueillent l’opération « Un bateau, un quartier », à l’initiative du Centre Maritime de Nantes : des jeunes de quartiers nantais composent 3 équipages qui s’initient à la navigation sur des Seils.

Longueur : 5,40 m.
Largeur : 1,64 m.
Tirant d’eau dérive haute : 0,20 m. / dérive basse 0,90 m.
Surface de voile : 11 m2

Wabi

Si l’univers du voile-aviron est toujours attaché à la tradition (Yoles, Ilur ou Aven…), l’architecte Gilles Montaubin a eu l’audace et le bon goût de créer un bateau aussi performant à la voile qu’à l’aviron.
La légèreté du bateau, la simplicité du gréement autant que les dimensions de la coque lui offrent un compromis des plus réussis qui démontre que cette pratique très ancienne ne manque pas d’imagination. Vainqueur des épreuves sur l’Erdre en 2004, il reste toujours très difficile à battre en régates.

Yole de l'Odet

Conçue dans les années 1990 par l’architecte naval François Vivier et s’inspirant des formes anciennes des lougres et goélettes de rivières, la Yole de l’Odet est née de la volonté de raviver la pratique de la voile aviron dans les communes bordant l’Odet (Finistère Sud). Sous l’impulsion d’un concours du magazine Le Chasse-Marée, des associations se créent, les constructions sont lancées et une flottille se constitue petit à petit. Aujourd’hui, ce sont des équipages sportifs et aguerris qui font vivre cette embarcation ludique et performante, en eaux intérieures comme en mer.

Longueur : 6,60 m.
Largeur : 1,88 m.
Tirant d’eau : 0,30 m.
Surface de voile : 18,50 m2

Doris

D’origine américaine, le doris peut évoluer à la voile ou à l’aviron. Des bancs de Terre Neuve (pêche à la morue) aux régates acharnées de Swampscott, les plans de Doris sont nombreux mais les formes caractéristiques.

Longueur : 5,90 m.
Largeur : 1,80 m.

Royal Thamesis

Royal Thamesis (1997) est une reconstruction inspirée d’une chaloupe de la Reine Mary II de 1689.
Véritable limousine de la Tamise inférieure dès le 17ème siècle, elle peut accueillir six passagers avec beaucoup de confort. Longue de 11 m, et construite en cèdre brésilien sur membrures de chêne, elle est légère, et emmenée par 6 rameurs.
La sculpture sur sa poupe représente la tête du père la Tamise. Les sièges en velours rouge et sa décoration raffinée lui confèrent un style suranné quand elle est propulsée par un équipage en uniforme. L’association « City Barge » (Londres) veille sur elle depuis sa construction.
(Présente aux RDV de l'Erdre 2014)